Lutte pour la dominance, gestion du stress et épigénétique (podcast)

Je pars faire ma séance de sport dans quelques minutes.
Le temps pour moi de t’envoyer l’enregistrement audio que je viens de réaliser pour toi. 


Yes, aujourd’hui, tu as le droit à un petit podcast privé.
Ça m’est venu suite à ma lecture de ce matin. 
J’ai pris quelques notes, j’ai eu quelques idées 
Et je me suis dit que ça serait intéressant de te partager ça. 


Sauf que je n’avais pas encore structuré ma pensée, et que je ne me sentais pas de t’écrire un pavé.
À la place, j’ai pris mon micro et je t’ai préparé un audio: 

Lutte pour la dominance, gestion du stress et épigénétique:

 https://youtu.be/F81GhqPpeC0 


Je t’y parle comme je parlerais à un ami
(D’ailleurs, la plupart de mes podcasts étaient originellement des debriefs destinés à des potes…) 
Clique sur le lien pour écouter le podcast sur YouTube. 

 https://youtu.be/F81GhqPpeC0 


À demain. 


PS: aujourd’hui, je ne te mets pas de lien pour prendre rendez-vous pour un appel stratégique. Non seulement vous avez été très nombreux à postuler, mais j’ai aussi besoin de temps pour coacher mes clients et enrichir leur formation en ligne. Je te fais signe quand je peux reprendre des appels… 

Pourquoi ton business va se faire balayer (et comment l’éviter)

Ma cuisse gauche est en feu.
Mon corps est gainé – presque tremblotant.
Pourtant je maintiens mon zen-kutsu dachi.
(Si tu ne parles pas japonais, c’est la position offensive de base en karaté)

Le plus important pour moi, quand je m’entraîne sur le tatami ?
C’est de maintenir de belles positions.
Basses. Fortes. Ancrées dans le sol.
D’effectuer des techniques propres.

La vitesse ?
L’explositivité ?
La force ?
Ça vient ensuite.

Je sais pertinemment que ça ne sert à rien de donner un coup de poing puissant
Si je n’ai pas les pieds correctement enracinés dans le sol.
En fait c’est même l’inverse:
Si je suis stable et robuste, et que j’effectue les bons mouvements de hanche lors de l’attaque…
Alors les coups partiront tout seul.
Uniquement si ma position est bien réalisée.
Tout comme un grand arbre doit posséder des racines profondes pour gagner de la hauteur.

Pour être plus rapide
Je dois avoir des positions solides

Pour être plus fort
Je dois avoir des positions solides

Pour avoir des mouvements fluides
Je dois avoir des positions solides.

Finalement, pour être plus performant
Je dois maîtriser les bases
(et même: « la » base, c’est à dire la position de mes jambes)

Et c’est encore plus vrai quand reprend le karaté après quelques années, comme c’est mon cas
(Je rentrais encore dans du M quand j’ai passé ma ceinture noire…)
Quand la reprise est difficile
Quand le cardio a du mal à suivre
Le meilleur refuge, c’est de consolider de bonnes bases

D’aller moins vite
Mais d’être plus technique

D’aller moins fort
Mais d’être plus concentré

Dans cette espace de focus intense et de soucis du détail
C’est là qu’on se surprend à lâcher des coups vifs et puissants
Ils sortent naturellement
Quand les fondations sont maîtrisées…


Est-ce que tu vois où je veux en venir avec cette histoire ?
Tu le sais, tu n’ouvres pas mes mails pour que je te parle d’arts martiaux.
Tu me suis parce que je te partage mon quotidien d’entrepreneur passionné
Et parce que je peux te donner des clés pour aller plus vite dans ton business

Donc pourquoi je te parle de karaté ?
Déjà, parce que je m’entends naturellement très bien avec les pratiquants d’arts martiaux.
On partage des valeurs communes
Et c’est donc d’eux dont je veux « attirer » la sympathie en premier
D’ailleurs, c’était fou de voir que plus de la moitié des clients masculins de mon programme Funnel Network pratiquaient ou avaient pratiqué un art martial…

Je t’en parle aussi parce que ça a tout à voir avec ton business.
Si je t’avais dit: « concentre-toi sur les bases. À demain »
Nous savons tous les deux que ça aurait eu moins d’impact.
Tandis qu’en te partageant cette anecdote, tu visualises exactement où je veux en venir
(Et en plus ça m’éclate de te l’écrire)

J’appelle ça la Théorie du M&M’s.
Pour ceux qui me suivent depuis pas longtemps
Je pars d’une principe que les conseils, c’est comme les cacahuètes:
Mieux vaut les enrober de chocolat
Sinon ça a moins de saveur.
(Le chocolat étant l’histoire qui illustre la cacahuète, qui lui donne de la perspective et du goût)

Certains diront que je mets du temps à dire ce que j’ai à dire
Je répondrais que sans ça, les autres mettent du temps à comprendre ce qu’on voulait dire
Dans ta communication, je t’invite à illustrer ce que tu dis avec des histoires, des anecdotes, des métaphores…
Que ce soit pour des prospects, des clients ou des partenaires.

Pour en revenir à nos fondamentaux…
Je vois beaucoup de débutants vouloir aller trop vite.
Lancer des publicités Facebook… Sans savoir si leur produit est bon.
Lancer des formations… Sans avoir testé leurs conseils auprès de vrais clients.
Parrainer avec des tunnels de vente… Sans avoir une photo de profil potable.
Pour moi, ça revient à donner des coups de poings en étant instable sur ses jambes:
Le coup peut toucher, mais on peut vite se faire balayer.

Du coup, cest quoi le « zenkutsu dachi » du business ?
Quels sont les véritables bases ?
Celles qui, lorsque tu les travailles suffisamment, rendent tout le reste extrêmement fluide ?
Les « One-Thing »  ?
Eh bien…
Ça va dépendre de ton business et de où tu en es.
Mais c’est toujours lié à ces 3 éléments:

Tu dois maîtriser:

  • La connaissance de ton expertise
  • La connaissance de ton marché
  • La connaissance de la persuasion

Ce sont les trois plus gros leviers que je connaisse.
Saupoudre le tout d’une bonne dose de mindset
Et tu as la recette d’un Business Essentiel.
Une entreprise qui tourne avec force, vitesse et fluidité
Car basée sur des principes fondamentaux solides.

Un business ancré sur des principes qui fonctionnent
Et pas sur les derniers logiciels à la mode
Suffisamment stable pour ne pas se faire balayer
Basé sur le 80/20: le minimum d’efforts pour le maximum de résultats.

C’est avec cette approche essentialiste que j’aborde mes coaching.
Quand je travaille avec quelqu’un, je le force à identifier ce qui est réellement important.
Et à ce concentrer dessus.
Uniquement dessus.

Je ne le noie pas d’informations: je lui donne exactement ce dont il a besoin au moment où il a besoin.
Afin qu’il ait la clarté suffisante pour passer à l’action.
Pas de peur. Pas de doutes. Pas de confusion.
Pas de « paralysie par l’analyse ».
Simplement ce qu’il faut, au moment où il faut, pour accomplir ce qu’il faut.

Fini les interminables tunnels de vente
Les sites WordPress, les chatbots qu’on te vante

Fini d’avoir trente outils et applications
À n’en plus savoir lesquelles choisir

Fini la procrastination, les distractions
Les notifications à n’en plus finir

Fini le brouillard et la confusion
Si tu veux enfin toucher le Ciel
Ça passe par du focus, de la clarté et des actions
D’où l’intérêt de rejoindre le Coaching Essentiel™

Si l’idée (et les rimes) te parlent, il est encore temps de réserver ton entretien stratégique:
merylcamus.com/rdv

À demain

Petite leçon d’humilité

Si tu me connais, tu sais que je suis parfois… Un peu tête en l’air.
(c’est ça quand on a toujours plein d’idées à l’esprit. Ça prend de la place ! – enfin, c’est ce que je me dis pour me rassurer…)

La dernière fois par exemple, je me pointe au dojo pour mon cours de karaté.

En plus je suis un peu à la bourre.
Et là ?
Malheur !

J’ai oublié ma ceinture noire.

Et il n’est pas question de pratiquer sans ceinture
(ça serait comme faire de la natation sans maillot de bain)
Heureusement, une âme charitable me dépanne…
… d’une ceinture blanche !

Arrive le moment du salut.

Si tu n’as jamais fait d’art martial, sache qu’à chaque début et fin de cours, on pratique un salut rituel.
Où les pratiquants se rangent par grade.
Moi ?
J’étais habitué à mon petit coin au fond de la pièce.
Du côté des ceintures foncées.
Et là ?
Je me range auprès des karatéka qui ont moins de six mois d’ancienneté.
Les seuls qui sont à ma gauche (moins gradés) ce sont ceux qui n’ont même encore acheté de kimono…

Ça aurait pu être une situation ultra humiliante…

Sauf que pas du tout.
Ça en était même cocasse.
Parce que l’humilité fait partie des valeurs fondamentales du karaté
(aux côtés du courage, de l’amitié, de la persévérance, etc.)

Pour moi, c’était un retour aux sources.

Un retour de plus de dix ans en arrière.
Quand je découvrais les bases.
Ce soir-là ?
J’ai travaillé mon zen-kutsu (position de base).
J’ai travaillé mon oï-tsuki (coup de poing de base).
Et Heian Shodan (le premier kata).
Bien sûr, j’ai pratiqué avec les camarades de mon niveau.
Ça n’aurait pas été instructif de me faire travailler avec un jeune padawan (ni pour lui, ni pour moi)
Mais cette séance-là…
Je me suis mis dans la peau d’un débutant.
Et je me suis concentré sur les fondations.

Cette expérience d’humilité, je la souhaite à tous les entrepreneurs.

Et aussi aux marketers, et autres MLMers.
Accepte, parfois, de retravailler les fondamentaux:
Comment réaliser une bonne invitation en marketing de réseau
Comment créer une accroche qui attire la curiosité du prospect, etc.

Les bases du business

Si on en revient aux bases du business, tu as besoin de trois choses en réalité:
  1. Apprendre à attirer l’attention de quelqu’un
  2. Lui partager une histoire qui suscite des émotions, de la confiance et de la foi
  3. Lui vendre quelque chose d’irrésistible à ses yeux
Si tu t’enveloppes de la ceinture blanche du business, c’est là-dessus que tu dois te concentrer.
Ça ne sert à rien de partir dans des trucs compliqués
De triturer ton tunnel de vente dans tous les sens…
De chercher à peaufiner le moindre script…
Si d’abord tu n’es pas au clair avec ces trois éléments.

Parce que tu ne peux pas construire plus haut que tes fondations ne sont profondes.

Crois-moi, ceux qui maîtrisent les coups de pied retournés ont d’abord travaillé dur sur le coup de pied frontal basique…
Et si tu doutes de la leçon d’humilité de ce message…
Souviens-toi que le plus haut grade de karaté, le 10ème dan
N’est pas représenté par une ceinture noire (1er à 5ème dan)
Ni blanche-rouge (6ème dan)
Ni rouge (8ème dan)…
Mais par une ceinture blanche large
Symbolisant le fait qu’on n’a jamais fini d’apprendre.
À demain,
Meryl
PS: les bases du business, que j’ai citées plus haut, c’est ce que l’on voit en détail dès le premier module de Funnel Network. Si tu n’es pas encore membre, et que tu veux passer ceinture noire de MLM, c’est le moment de profiter de l’offre de pré-lancement en cliquant ici: https://www.funnel-network.com

Kanku-dai !

En japonais, Kanku signifie: « Regarder le ciel » et Dai: « grande forme » .

C’est aussi le nom du kata que je travaille en ce moment à mes cours de karaté.

(il figure sur la liste des kata à connaître pour l’obtention du 2ème dan)


Un kata, késako ?


Pour les non-pratiquants, un kata est quelque chose qui peut paraître très… abstrait.

Pour faire simple, c’est un schéma de combat virtuel chorégraphié, contre un ou plusieurs adversaires, sous des angles différents.

C’est donc une suite de mouvements qui s’exécute en solo, toujours de la même manière.

Dans les arts martiaux traditionnels, ces enchaînements immuables ont pour but de transmettre l’essence et le style de la discipline.


Mon défi ?


Apprendre et mémoriser la suite de mouvements du kata Kanku-dai.

Ensuite ?

Le pratiquer.

Pour ancrer les enchaînements dans la mémoire de mon corps.

Puis connaître l’interprétation de ce kata. Comprendre comment ils peuvent se matérialiser dans un combat réel.

(un peu comme analyser toutes les interprétations d’une poésie datant de plusieurs siècles…)

Enfin ?

Rectifier les moindres détails, et « vivre » le kata jusqu’à se rapprocher de sa maîtrise.


Aujourd’hui…

Je connais ce kata.

Intellectuellement.

Je sais que je dois réaliser tel coup de pied à tel moment…

Puis tel blocage…

Pour enfin porter un coup avec un dégagement extrême d’énergie…

Mais est-ce que je connais réellement Kanku-dai ?

La réponse est non.

Je ne suis pas encore capable de le reproduire les yeux fermés.

Je devrais pouvoir me lever au milieu de la nuit

Et réussir à l’exécuter presque inconsciemment.

En plus…

J’ai besoin de réfléchir pour expliquer la raison de chacun des mouvements.

Mais je sais qu’à force de pratique et de répétition

Je pourrai m’approprier ce kata

Et le présenter à l’examen du prochain grade.


Quant à ton business…

C’est la même chose.

Tu sais probablement de plus en plus de choses dans ton domaine.

Mais est-ce que tu as l’expérience ? La maîtrise ?


Tu sais qu’il est bon de se lever de bonne heure pour pratiquer le Miracle Morning…

Mais est-ce que tu le fais ?

Tu sais comment inviter une personne à rejoindre ton entreprise de marketing de réseau…

Mais est-ce que tu es capable de faire une bonne invitation, maintenant, sans échauffement ?

Est-ce que tu as spontanément réponse à toutes les objections les plus fréquentes ?

Est-ce que tu es une ceinture noire 3ème dan du closing ?

Tu sais que pour t’enrichir, tu dois gagner plus d’argent que tu n’en dépenses…

Est-ce que c’est bien ce que tu fais ?


Un sage, un jour, a dit:

« Connaître et ne pas faire, ce n’est pas connaitre »


Oublie ce que tu sais.

Et commence à implémenter.

À gagner en expérience.

Jusqu’à ce que cette compétence fasse partie de toi.


Tout comme Kanku-dai.


Et si tu veux potasser mes mails précédents…

Ou si tu les as manqués…

Bonne nouvelle.

J’ai décidé de les mettre en ligne sur mon blog.

Histoire que mes petits conseils ne disparaissent pas totalement dans la nature…


Retrouve mes astuces marketing, vente, MLM et développement personnel directement ici:


(et clique sur l’onglet « Blog » )


À très vite,

Meryl